Dernière mise à jour

Le 27 novembre 2020

©2020 par Citoyenneté, Transition Écologique et Solidaire - Cités Viroflay

CITOYENNETÉ, TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET SOLIDAIRE

L’INTERVIEW:  QUE FAIRE DE VGP ?

 

Tu as semble-t-il une vision bien négative de Versailles Grand Parc, confirmes-tu ?

Effectivement, mais qui, aujourd’hui, peut être satisfait de l’organisation administrative de la France ? Elle résulte d’une volonté de rendre plus efficace, démocratique et moderne l’organisation politique de la France.

 

Objectif louable mais notre organisation territoriale n’est finalement que le résultat de compromis successifs au fil des lois de décentralisation qui se sont succédées. La création des intercommunalités avait un pendant : la suppression d’autres niveaux de structures territoriales. Il n’en a rien été.

 

Résultat le millefeuille administratif a une couche de plus !

 

Ta critique de VGP n’est donc pas spécifique à cette intercommunalité ?

Elle est à la fois générale et spécifique à VGP.

 

VGP est une caricature d’intercommunalité ; elle ne correspond absolument pas à l’esprit de la loi. La loi prévoyait la création d’intercommunalités autour d’un projet politique, VGP n’est qu’un organe de gestion, de redistribution de taxes auparavant collectées directement par les communes.

 

En fait, VGP a été transformé de communauté de commune à communauté d’agglomération par opportunisme pour toucher quelques millions d’euros pendant quelques années et sous la pression de l’autorité publique.

Les quelques actions intercommunautaires comme le ramassage des ordures pourraient très bien être traitées dans le cadre d’un groupement d’achat ou un syndicat spécifique, pas besoin d’une usine à gaz administrative.

VGP a pris la compétence optionnelle du sport mais ne possède toujours pas un équipement sportif ‘communautaire’. Tous sont restés municipaux alors que c’est là, justement, qu’il pourrait être cohérent d’avoir une politique d’ensemble des implantations et des investissements vu le coût de tels équipements.

 

Prenons le cas de la piscine de Viroflay ; elle n’était plus exploitable. Si elle avait été communautaire, l’investissement et sa gestion auraient pu être réalisés sur fonds publics, au lieu de cela, l’équipe UPV l’a mise en délégation. La définition de la mise sous contrôle d’une telle délégation est complexe et explique, pour partie, pourquoi la piscine est restée si longtemps fermée faisant craindre aux Viroflaysiens sa disparition définitive.

Et puis, il y a finalement le désengagement de VGP dans le domaine du logement depuis 2017 et l’absence de Plan Local de l’Habitat Intercommunal depuis fin 2017.

 

Le site de VGP n’a pas été mis à jour, donnant à penser que VGP soutient toujours les bailleurs sociaux alors qu’il n’en est rien, seul le 1er point de la rubrique ‘Logement Social Locatif à Versailles Grand Parc serait encore actif, les 2 autres PLHI et aides au logement ont disparu. A-t-on réduit le personnel en charge au niveau de VGP ?

 

Mais VGP n’est pas une exception, toutes les intercommunalités n’agissent-elles pas comme elle ?

Bien sûr que non ! Les autres ne sont sans doute pas exemplaires mais VGP est caricaturale.

 

Il a été défini un « coefficient d’intégration fiscale » qui mesure l’importance des transferts réels de compétence des communes vers les intercommunalités. Pour GPSO, le taux s’élève à 35% ; à Saint-Quentin-en-Y. il monte à 41% et à VGP ?

 

15%. CQFD.

A noter en outre que pour certains marchés à Viroflay, nous n’obtenons qu’un répondant, les acteurs se ‘répartissant’ les marchés entre eux, ils ne pourraient pas jouer à ce petit jeu si les marchés étaient lancés au niveau de VGP.

 

Tu critiques aussi le fonctionnement de VGP, pourquoi ?

Depuis le début, le système électoral de VGP ne conduit pas une bonne  représentativité .

 

Pensez, Viroflay a 4 délégués au conseil communautaire, tous sont UPV alors que la liste UPV a fait 60% des voix en 2014 ET 54% en 2020.

 

C’est vrai sur toute l’agglomération.

Résultat : sur 83 conseillers communautaires, un seul représente l’opposition !

 

Les conseils communautaires sont d’une tristesse ! Toutes les questions délicates comme l’installation d’une déchetterie ou d’un emplacement pour gens du voyage, sont discutées en catimini dans une logique NIMBY (Oui mais pas près de chez moi).

 

Tu critiques mais que proposes-tu ?

Sur ce dernier point, à minima, les statuts de VGP devraient être refaits afin que les représentants des communes soient proportionnels aux votes des électeurs.

 

De plus, il faudrait que les conseillers communautaires soient élus sur des listes directement intercommunautaires au lieu de ce système de représentants communaux fléchés sur les listes aux élections municipales.

 

Fusionner Viroflay avec une autre commune, serait-ce une solution envisageable ?

Possible oui, Le Chesnay ne vient-il pas de fusionner avec Rocquencourt ?

 

Versailles est elle-même le fruit de fusions-intégrations anciennes avec Porchefontaine, Montreuil, Glatigny.

 

Il y a 36.000 communes en France, c’est beaucoup. Il est vrai aussi que Versailles ou Vélizy sont très proches sociologiquement et politiquement.

 

Mais les citoyens sont souvent très attachés à leur commune et leur maire

Cela mérite réflexion et débat, et peut-être que notre ville y sera favorable.

 

En tout cas, il n’est absolument pas envisageable d’accepter une fusion sans l’assentiment de la population.

 

Interview de Philippe Marguerit, Conseiller municipal de 1995 à 2014